Forêt nourricière de la halte du pont couvert de Saint-Maurice-de-Dalquier

INVITATION SPÉCIALE:

Petite visite découverte des plantes de la forêt nourricière : samedi 10 septembre 2022 entre 10h à 12h, directement sur place!

Isabelle Dion (La Lucarne Verte) et Céline Rivest (Les Jardins St-Maurice) seront présentes pour discuter avec vous 🙂 Vous pouvez arriver à l’heure qui vous convient entre 10h et 12h et rester le temps qu’il vous plaira. Vous pourrez poursuivre votre visite en marchant sur le pont couvert Émery-Sicard si cela vous dit!

(Indications: juste avant de descendre la côte vers l’entrée du village de St-Maurice, tournez à gauche (chemin Rivest) et arrêtez-vous à la halte routière avec le gazebo).

Forêt nourricière halte nourricière St-Maurice

Une forêt nourricière est un jardin dont le design s’inspire de la forêt. On y jardine comme dans la forêt : on mélange une diversité de plantes vivaces (pérennes), réparties sur plusieurs étages de végétation (couvre-sol, plantes basses, arbustes moyens, arbustes hauts, arbres), le tout en ralliant leurs différentes fonctions écologiques à nos objectifs humains. En plus de produire une certaine récolte alimentaire, une forêt nourricière permet aussi de protéger, retenir et améliorer le sol tout en fournissant refuge et nourriture à la faune. En bref, ce type de jardin est intégré à son environnement de proximité. La nature est donc notre guide pour jardiner de manière durable dans une forêt nourricière, respectant ainsi l’essence de la permaculture.

Les plantes de la forêt nourricière

On peut les regrouper selon plusieurs catégories, selon les récoltes qu’elles offrent ou encore leur utilité au jardin. Cette liste les présente selon la raison principale pour laquelle elles ont été choisies, mais chaque plante est aussi intégrée pour plusieurs autres raisons.

Petits fruits

Beaucoup d’arbustes produisant des petits fruits peuvent pousser dans notre climat froid.

  1. 1. Amélanchier du Canada (Amelanchier canadensis) : on nomme les baies « petites poires », elles ressemblent à des bleuets violets.
  2. 2. Camérisier (Lonicera caerula) : semblables à des bleuets allongés, le goût des camerises est à mi-chemin entre le bleuet et la canneberge.
  3. 3. Gadellier, groseiller et cassissier (Ribes spp.)
  4. 4. Bleuetier corymbe (Vaccinium corymbosum)
  5. 5. Pimbina – Viorne trilobée (Viburnum trilobum)
  6. 6. Aronie noire (Aronia melanocarpa)
  7. 7. Framboisier (Rubus idaeus)

Fleurs comestibles

  1. 8. Hémérocalle jaune (Hemerocallis lilioasphodelus)
  2. 9. Monarde rouge (Monarda didyma)
  3. 10. Mauve musquée (Malva moschata)
  4. 11. Reine-des-prés (Filipendula ulmaria)

Autres types de récoltes comestibles

Jeunes feuilles
  • 12. Tilleul (Tilia americana)
  • 13. Vigne des rivages (Vitis riparia)

Jeunes pousses
  • 14. Hosta (Hosta fortunei)
  • 15. Tête de violon – Fougère-à-l’autruche (Mattheuccia struthiopteris)
  • 16. Sceau-de-salomon (Polygonatum biflorum)

Racine
  • 17. Raifort (Armoracia rusticana)

Bulbilles comestibles
  • 18. Oignon égyptien (Allium cepa proliferum)

Plantes de soutien à l’aménagement

Ces plantes servent principalement à apporter de la fertilité au jardin. Lorsqu’elles sont taillées et que leurs feuilles se décomposent dans le jardin, elles enrichissent naturellement le sol tout en améliorant sa structure. En bonus, la plupart de ces plantes nous offrent aussi une récolte alimentaire. Elles sont donc sous-catégorisées ici selon l’usage qu’on peut en faire:

Plante aromatique
  • 19. Myrique baumier (Myrica gale) : on utilise les feuilles séchées comme des feuilles de laurier et on récolte les graines pour en faire du poivre.

Herbes comestibles
  • 20. Oseille commune (Rumex acetosa)
  • 21. Ciboulette ail (Allium tuberosum)
  • 22. Menthe verte (Mentha spicata)
  • 23. Origan commun (Origanum vulgare)

Plante médicinale
  • 24. Consoude (Symphytum officinale)

Autres

Ces plantes comestibles présentent peu d’intérêt gustatif, elles sont surtout utilisées comme couvre-sol et pour offrir une diversité de fleurs aux pollinisateurs.

  • 25. Bugle rampante (Ajuga reptans) : jeunes feuilles comestibles
  • 26. Lysimaque (Lysimachia nummularia) : jeunes feuilles comestibles
  • 27. Cerisier rampant (Prunus pumila ‘Depressa’) : fruits mûrs comestibles (*ne pas consommer le noyau)

S’ajoutant à ces plantes, on retrouve aussi les plantes indigènes comestibles qui se sont invitées dans l’aménagement et auxquelles on laisse une place, comme à l’oxalide de montagne (oxalis montana), à l’épilobe à feuilles étroites (epilobium angustifolium), au rosier sauvage ou églantier – espèce inconnue – (rosa sp.), au fraisier des champs (fragaria virginiana), etc.

Pour en savoir plus

Pour voir la liste complète des plantes que l’on retrouve à Saint-Maurice-de-Dalquier, voir à ce lien pour la galerie complète et à ce lien pour le tableau complet.

Sur la forêt nourricière et les bonnes raisons pour en créer une: Forêt nourricière : c’est quoi et pourquoi en créer une? – La Lucarne Verte